16 septembre 2014

La recommandation, passage obligé pour les diffuseurs

(Source : Radio-Canada)
Par Guy St-OngeChef du Groupe de la veille stratégique, Radio-Canada
 “It’s not information overload. It’s filter failure.”
(« Le problème n’est pas la surcharge d'information, mais la défaillance des filtres. »)
Clay Shirky, spécialiste américain des aspects sociaux et économiques d'internet.
 Trop de choix tue le choix
La fragmentation des offres et la concurrence de toutes parts amènent les médias à remettre en question leurs stratégies de diffusion. Pour être lu, vu, écouté, aimé, encore faut-il que le contenu émerge du bruit et parvienne à la conscience des gens. D’un point de vue “mise en marché de l’inventaire”, les contenus s’accumulent dans la longue traîne de la chaîne de production et ne parviennent plus à faire le plein optimal d’auditoire.
Face à cette surabondance d’expériences et de contenus, nous atteignons le point de saturation. C’est le paradoxe du choix, décrit par le blogueur Barry Schwartz[1]. Pour retrouver un équilibre, la notion de repère, de guide, d’assistant personnel s’offre aux éditeurs. Les systèmes de recommandations peuvent permettre aux médias de diffuser leurs produits avec plus de pertinence, pourvu qu’ils investissent en retour dans la relation avec les auditoires, afin de mieux comprendre les intérêts et attentes des utilisateurs, et raffinent l’offre en conséquence.
Freedom-of-choice-a22077920
La recommandation en trois piliers
Trois systèmes servent à faire circuler l’information : les choix éditoriaux, le partage social et les algorithmes. Les médias disposent de l’expérience des “curateurs” naturels (personnel d’antenne et créateurs, mais aussi des employés mobilisés qui exploitent leurs propres réseaux personnels ou professionnels). Il leur est aussi possible de miser sur le partage par leurs adeptes ou les outils de recommandation automatisés.

Tisser la toile : les exemples d’Amazon, Facebook, Netflix
Amazon a jeté les bases de la recommandation au siècle dernier (« vous aimez ceci, vous aimerez cela »). Un redoutable outil de gestion des stocks, qui sera probablement utile à Jeff Bezos pour faire mousser les articles de son nouveau joujou, le Washington Post. Aujourd’hui, les réseaux sociaux ont raffiné le graphe. L’accumulation des “likes” et autres données comportementales a permis de tisser la plus grande toile sociologique à ce jour. Plus d’un milliard d’humains n’ont plus rien à se cacher, au grand plaisir de Facebook, qui exploite une régie pub prometteuse et décide de ce qui apparaît ou pas sur notre fil d’info, via son algorithme.
guy node
Netflix  “écoule son inventaire” avec une précision chirurgicale à des dizaines de millions de membres, dans une cinquantaine de pays. Près de 75% des visionnements sont déclenchés par les recommandations de l’algorithme[2]. Plus de 800 ingénieurs y travaillent, une quarantaine d’employés classent les films et séries en fonction de métadonnées presque aussi pointues que « films noirs de 1960 avec une actrice dont le prénom commence par la lettre T »... 
Netflix tire parti des visionnements précédents et des “événements” (pause, retour en arrière, abandon en cours d’écoute) pour raffiner sans cesse ses propositions, prenant soin de conserver une certaine “sérendipité” - ou hasards heureux -, afin de crever le “filter bubble”[3], ce risque de s’enfoncer dans un seul genre de contenus, ou de ne pas “grandir” avec l’utilisateur, alors qu’il avance dans la vie et que ses intérêts changent. Netflix a même lancé le jeu Max[4] pour la PlayStation, qui questionne de façon humoristique les participants sur leurs acteurs favoris, afin de raffiner les suggestions futures.
Les publicitaires se prennent à rêver d’un accès à cette base de données pour y cibler des consommateurs potentiels. On imagine la valeur d’un tel algorithme qui nous connaît à ce point et pourrait évoluer en nous proposant des sorties cinéma, des destinations vacances ou des partenaires de squash.
C’est d’ailleurs cette “mammouthesque” base qui a permis au géant américain du streaming de donner le feu vert à la série originale House of Cards, sans tourner de pilote au préalable. En analysant soigneusement les comportements des abonnés, ils ont pu concevoir une production avec des acteurs et une intrigue en adéquation avec les préférences des utilisateurs.
Face à l’efficacité de la machine, on peut se demander si la curation par l’humain est appelée à disparaître. Les grilles horaires, les choix éditoriaux seront-ils remplacés par des automates personnalisés qui devineront ce dont on a besoin avant même de l’exprimer? Le PDG de Netflix, Reed Hastings avoue que, malgré des millions investis dans son algorithme, la recommandation par des pairs a encore beaucoup d’influence. Les réseaux sociaux permettent une “atomisation” des contenus pour mieux les partager et les recommander[5], mais surtout un feedback direct des auditoires. La sagesse des foules s’exprime également par les sites de critiques comme Rotten Tomatoes ou Metacritics, offrant un système de recommandations autorégulé. La mise en contexte par les “experts”, jumelée aux liens partagés par les collègues et proches stimulerait certaines actions que même le plus performant des algorithmes ne peut accomplir (pour le moment?).
guy meta critic
Le partage des données, un enjeu
Présentement, chaque algorithme fonctionne en autarcie. Nos profils Netflix ou Amazon ne communiquent pas entre eux. Ces joueurs connaissent une partie de nous seulement. Facebook a un avantage avec son système de login unifié, qui permet un certain partage de données entre les services, mais les craintes liées à la vie privée (parlez-en à la NSA…) sont encore un frein à un profilage plus holistique.
On imagine le potentiel du croisement des données d’utilisation numériques avec les habitudes d’achat dans le monde physique. Autant de points d’information qui bonifieront les algorithmes de recommandation de joueurs comme Google, Apple, mais aussi les fournisseurs de services de télécommunications, qui engrangent aussi les données client de leurs boîtiers décodeurs (set top boxes) et réseaux Wi-Fi. Au Canada, l’opérateur Bell (diffuseur, fournisseur en téléphonie, mobilité et internet) s'est attiré récemment les foudres des organismes de défense des consommateurs et de la Commissaire à la vie privée, pour avoir voulu partager des infos personnelles avec d'autres entreprises[6].
Netflix-Screenshot-660x371
Quelles occasions pour les diffuseurs publics?
Les diffuseurs publics n’ont pas les moyens des joueurs privés. Ils devront peut-être s’allier avec des partenaires (éditeurs numériques, géants du web, fondations) pour accélérer leur transformation et profiter des systèmes déjà en place en matière d’algorithmes et de collecte de données. On pense à Facebook, qui partage des données en temps réel avec les diffuseurs et offre des outils[7], ainsi que Twitter et son programme Amplify[8]. Les diffuseurs pourront négocier leur place chez différents partenaires ou agrégateurs, ou développer leur propre écosystème de chaînes de contenus (la BBC vient de dévoiler un plan pour personnaliser l’accès à ses services[9]). Les attentes en matière d’éthique, de confidentialité, d’intégrité et d’usage des données sont plus élevées pour les diffuseurs publics, des facteurs à prendre en compte au moment d’investir dans de tels systèmes.
Une véritable “course à l’armement” est engagée pour colliger le plus efficacement les données des utilisateurs. Les joueurs majeurs disposent d’écosystèmes englobant des moteurs de recherche, des réseaux sociaux, du hardware, des services, des contenus, des canaux et des données. Certains entrevoient la mutation des magazines, chaînes télé et radio vers des applications et services de diffusion à la demande, exploitant le feedback des utilisateurs. Des interfaces combinant les aspects éditoriaux, sociaux et algorithmiques, avec des histoires choisies par la rédaction, des suggestions d’amis et des recommandations personnalisées - y compris en pub[10].
Des questions demeurent : quel est le volume optimal de contenus qu’un diffuseur devrait produire pour rejoindre chaque public? Quel niveau de dialogue souhaite-t-on atteindre avec nos auditoires et pour quelles fins? Le défi pour quiconque publie sur le web maintenant est de saisir le potentiel des différents types de filtres et mécanismes de rétroaction, adapter sa stratégie pour être plus en adéquation avec les auditoires, et apparaître comme un phare de pertinence dans cette mer de choix. 
Guy St-Onge
Chef, Groupe de veille stratégique, Radio-Canada
Source : 
guy radio C








[2] voir cet article de Wired (http://wrd.cm/16Qh0tQ) ou un extrait rigolo sur CBC avec le PDG Reed Hastings (http://bit.ly/16Qh7p3)
[3] http://bit.ly/16QwiyF Le site de Eli Pariser sur le concept du “filter bubble”
[4] http://nflx.it/13DgZ9n Le billet sur le blogue de Netflix qui explique le jeu Max.
[5] Radio-Canada a développé en ce sens l’audio fil, un lecteur radio qui facilite la découverte et le partage des extraits d’émissions http://bit.ly/17vCH8p
[6] http://bit.ly/17vFkqW « Ils sauront pratiquement tout sur vous », explique le professeur en droit Michael Geist de l'Université d'Ottawa. « Ils sauront littéralement quelles pages web vous avez visitées, les termes de recherche que vous utilisez, où vous êtes, quelles applications vous utilisez, quelles émissions de télévision vous regardez, même vos habitudes d'appel », ajoute ce spécialiste du droit et des technologies.
[7] http://bit.ly/17vFdvj Article de ZDNet (MIPCOM 2013 : Facebook ouvre ses API TV à TF1, Canal+, et d'autres acteurs internationaux)
[8] http://bit.ly/17vFheI Détail du programme Amplify de Twitter sur leur blogue
[9] http://bbc.in/164JuoB Discours du PDG Tony Hall, le 8 octobre 2013.
[10] Même le site de conférences TED.com y pense dans le cadre de son revamping : http://bit.ly/16Qv5Yj

9 juillet 2014

Téléfilm Canada finance sept longs métrages de langue française à plus petit budget pour un total de plus de deux millions en investissements

MONTRÉAL, le 8 juill. 2014 - Téléfilm Canada annonce son appui à la production de sept longs métrages de langue française à plus petit budget (budget inférieur à 2,5 millions de dollars), grâce au Fonds du long métrage duCanada pour un total de plus de deux millions de dollars en investissements. Les films sélectionnés sont Le bruit des arbres (François Péloquin), Ceci n'est pas un polar (Patrick Gazé), Le Cyclotron (Olivier Asselin),Desperado (Richard Angers), Neuf variations sur le vide (Jean-Philippe Duval, Léa Pool, Érik Canuel, ChloéRobichaud, Stéphane E. Roy, Claude Brie, Anaïs Barbeau-Lavalette, Ricardo Trogi et Éric Tessier), Le problème d'infiltration (Robert Morin) et Sodom (Charles-Olivier Michaud).



« Le financement de projets à plus petit budget assure le développement et le rayonnement de notre cinéma en permettant à des cinéastes talentueux tels que Patrick Gazé et François Péloquin de réaliser un premier long métrage », a déclaré Carolle Brabant, directrice générale de Téléfilm Canada. « D'autres films qui tendent à explorer des univers différents et toucher des auditoires variés peuvent également être menés à terme, comme l'adaptation de la pièce de théâtre Neuf variations sur le vide, qui réunit neuf réalisateurs chevronnés. Téléfilm est particulièrement heureuse de prendre part à ces projets uniques et de rendre possible leur aboutissement. »

Le bruit des arbres
Réalisateur : François Péloquin
Scénariste : Sarah Lévesque
Production : Couzin Films
Distribution : K-Films Amérique
Genre : Drame
Talents confirmés : Roy Dupuis (Maurice Richard), Antoine L'Écuyer
Sortie : Automne 2015
À 16 ans, Mathieu Otis rêve d'un ailleurs meilleur, loin de la scierie familiale et de St-Ulric, son village natal du Bas du Fleuve. Aux tâches forestières, Mathieu préfère sa voiture, le hip hop et les virées avec ses amis. La situation désespère Régis, son père, qui impute ce désintéressement à un petit revendeur de drogues. Au départ de Steven -- le fils aîné --, la vie de Régis et de Mathieu bascule. Les pressions économiques autour de la petite entreprise familiale grandissent et laissent place à de profonds questionnements de part et d'autre. Un film en trente tableaux qui présente l'adolescence, ses rêves et ses peurs, hors des grands centres.
Ceci n'est pas un polar
Réalisateur : Patrick Gazé
Scénariste : Patrick Gazé
Production : Productions Mi-Lou
Distribution : K-Films Amérique
Genre : Suspense
Talents confirmés : Roy DupuisChristine Beaulieu (C.A.), Gildor Roy
C'est novembre à Montréal. André Kosinski, un chauffeur de taxi de cinquante ans, n'attend plus grand-chose de la vie. Indifférent aux multiples visages qui défilent chaque jour dans le miroir de son Impala, il sillonne la ville avec lassitude. Sa routine solitaire sera perturbée par Marianne, une cliente troublante avec qui il entreprend une liaison, mais qu'il soupçonne d'avoir été au centre d'un crime. Tiraillé entre son désir de connaître la vérité et sa crainte de mettre en danger cette relation naissante, André se découvre une nouvelle raison de vivre.
Le Cyclotron (coproduction canadienne majoritaire avec la France et la Belgique)
Réalisateur : Olivier Asselin (Le siège de l'âme)
Scénaristes : Olivier AsselinLucille Fluet
Production : Camera Oscura
Distribution : Funfilm Distribution
Genre : Science-fiction, fantastique, conte
Talent confirmé : Lucille Fluet (Un capitalisme sentimental)
Sortie : Hiver 2016
Simone, une scientifique travaillant pour les services secrets alliés, doit retrouver et exécuter Emil, un physicien berlinois qui a découvert le moyen de fabriquer la bombe atomique. L'affaire se complique avec l'amour et la mécanique quantique.
Desperado
Réalisateur : Richard Angers (La chambre no 13)
Scénariste : Richard Angers
Production : Productions des Années Lumières
Genre : Drame
Talent confirmé : Marc Messier (Les Boys)
Sortie : 2016
Adrien, un solitaire d'âge mûr, se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment et se fait enlever par Cédric et William, deux jeunes qui se sont sérieusement mis dans le pétrin. Commence alors pour ce trio improbable un voyage tumultueux, où chacun sera forcé de révéler sa vraie nature. Désormais liés par le destin, ces trois êtres fragiles devront dépasser leurs préjugés et s'allier pour s'en sortir.
Neuf variations sur le videRéalisateurs : Jean-Philippe Duval (Dédé, à travers les brumes), Léa Pool (Emporte-moi), Érik Canuel (Bon Cop, Bad Cop), Chloé Robichaud (Sarah préfère la course), Stéphane E. Roy, Claude Brie, Anaïs Barbeau-Lavalette (Inch'Allah), Ricardo Trogi (1987), Éric Tessier (Les Pee-Wee 3D : L'hiver qui a changé ma vie)
Scénaristes : Stéphane E. Roy, Jean-Philippe Duval, Léa Pool, Érik Canuel, Chloé Robichaud, Claude Brie, Anaïs Barbeau-Lavalette, Ricardo Trogi, Éric Tessier
Production : Echo Media
Distribution : K-Films Amérique
Genre : Comédie
Talents confirmés : Bénédicte Décary, François Papineau , Karine Vanasse (Polytechnique), Anne-Élisabeth Bossé,Nicolas Canuel, Stéphane Rousseau (Les Invasions barbares), Christian Bégin (Trauma), Anne-Marie Cadieux (Le confessionnal), Sylvain MarcelMarianne Farley (Uvanga), Stéphane Demers, Diane Lavallée, Émile Proulx-Cloutier,Steve LaplanteRaymond Cloutier (La gang des hors-la-loi), Stéphane E. Roy
Adapté de la pièce de théâtre éponyme de Stéphane E.Roy, Neuf variations sur le vide propose un regard original et teinté d'humour sur l'incommunicabilité de nos vies modernes.
Le problème d'infiltration Réalisateur : Robert Morin (Les 4 soldats)
Scénariste : Robert Morin
Production : Coop Vidéo de Montréal
Distribution : K-Films Amérique
Genre : Drame
Talent confirmé : François Papineau (La météore)
Chirurgien dédié au sort des grands brûlés, époux d'une femme sensible et intelligente, père d'un enfant docile, bricoleur adroit, cuisinier hors pair, Louis Robert vit la perfection jusqu'au jour fatidique où tout se met à se fissurer.
Sodom Réalisateur : Charles-Olivier Michaud (Snow & Ashes)
Scénariste : Charles-Olivier Michaud
Production : Go Films
Distribution : Équinoxe Films
Genre : Drame
Talent confirmé : Anna Mouglalis (Romanzo criminale)
Anna, une photojournaliste, se rend à Bangkok pour y poursuivre des recherches dans le cadre d'un reportage sur le trafic humain perpétré par les triades. Elle sera enlevée par les gangsters asiatiques et subira les mêmes sévices que ceux qu'ont dû endurer les femmes qu'elle a interviewées et photographiées. Son réveil dans un hôpital montréalais sera brutal. Marquée à vie, obnubilée par son désir de vengeance, Anna emprunte alors un parcours sombre, où la violence est incontournable, mais les répercussions provoquées par son enquête se révéleront plus importantes que la satisfaction de sa vengeance personnelle.
À propos de Téléfilm Canada
Téléfilm est vouée à la réussite de l'industrie audiovisuelle canadienne sur les plans culturel, commercial et industriel. Grâce à ses différents programmes de financement et de promotion, Téléfilm appuie des entreprises dynamiques et des créateurs de talent ici et à l'international. Téléfilm administre aussi les programmes du Fonds des médias duCanada. Visitez telefilm.ca et suivez-nous sur Twitter au twitter.com/telefilm_canada et Facebook auwww.facebook.com/TelefilmCanada.FR.

SOURCE Téléfilm Canada

8 juillet 2014

Le Fonds Québecor dévoile le noms des producteurs et émissions qui bénéficient de son financement

Le conseil d’administration du Fonds Québecor, à la suite du dépôt du 1er avril 2014, est fier d’annoncer les noms des neuf producteurs canadiens qui obtiendront une aide financière dans le cadre de la 28e ronde de financement de son Programme principal d’aide à la production télévisuelle (PPAP). Pour cette ronde, le Fonds Québecor versera une aide globale de 3 039 332 $, que se partageront les producteurs suivants : Unité 9 III inc. (Aetios Productions inc.), Productions L'Été indien inc., Productions GFP inc. (Groupe Fair-Play), Slalom Productions inc., ToonDraw Animation Inc., Production 920 inc., Juste pour Rire TV inc., Datsit Studios Onze Inc. et Les Productions les Aventuriers de la Pêche 5 inc. Les dix productions sélectionnées seront diffusées par les télédiffuseurs canadiens suivants : Société Radio-Canada, TVA, Télé-Québec, TFO, Canal Savoir, Yoopa (Groupe TVA) et Canal Évasion (Groupe Serdy).

Depuis sa création en 1999, le Fonds Québecor a soutenu, avec son PPAP, 187 projets touchant 66 producteurs, 37 diffuseurs canadiens et 21 diffuseurs étrangers. Au cours de ces années, le Fonds Québecor a octroyé près de 52 millions $ pour le volet multiplateforme des projets aidés, ce qui représente 69 % des sommes totales investies en multimédia par les producteurs participants, ainsi que plus de 7 millions $ pour le volet télévisuel de ces mêmes projets, ce qui constitue une aide globale de plus de 59 millions $.

Sur l’ensemble de ses contributions pour les volets télévisuel et multiplateforme, le Fonds Québecor a aidé jusqu’à maintenant des émissions pour enfants et jeunes à hauteur de 25 %, des émissions documentaires à hauteur de 28 %, des émissions de variétés et arts de la scène à hauteur de 37 % et des émissions dramatiques à hauteur de 10 %.

Soutien de taille au financement des contenus canadiens destinés à la production télévisuelle, événementielle, cinématographique et aux médias numériques, le Fonds Québécor est un fonds indépendant qui a pour mission de soutenir le développement, la production et la commercialisation de contenus de qualité, l'exploitation de ceux-ci sur différentes plateformes interactives qui utilisent les technologies de l'information et de la communication telles que la télévision interactive (TVi), la vidéo sur demande (VSD), les terminaux mobiles et Internet à haute vitesse. De plus, grâce à son nouveau Programme d'aide à l'exportation (PAEX), le Fonds Québécor soutient également les intiatives d'exportation afin de développer des contenus audiovisuels adaptés aux marchés hors Québec et internationaux ainsi que les efforts de commercialisation. 

Rappelons que le Fonds Québecor a été créé grâce à Vidéotron ltée, qui verse notamment des redevances annuelles de près de 6 millions $ à titre de contributions des entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR) à l'industrie canadienne avec son Programme principal d’aide à la production télévisuelle (PPAP).
PROJETS FINANCÉS :

Unité 9 III inc. (Aetios Productions inc.)
·         Unité 9 (saison 3) - Diffuseur canadien : Société Radio-Canada
Dans la troisième saison d’Unité 9, l’auteure Danielle Trottier poursuit le récit de l’expérience carcérale de Marie Lamontagne. Celle-ci est toujours aux prises avec son terrible secret. Elle voit son univers se transformer avec l’arrivée de nouvelles détenues inquiétantes tandis que la violence monte encore au pénitencier de Lietteville. Fort du succès obtenu tant en ondes que sur le web, un volet numérique bonifié poursuivra l'expérience entamée précédemment, tout en offrant une grande nouveauté pour stimuler l'intérêt des adeptes : un webdocumentaire sur la famille et la prison, réalisé par la documentariste Hélène Choquette.


Productions L'Été indien inc.
·         L'Été indien - Diffuseur canadien : TVA - Diffuseur international : France 2 (incluant TV5 Monde)
L'Été indien est un grand talk show de variétés, mettant en vedette les plus grandes stars de la francophonie, appelées à effectuer des prestations dans les lieux les plus enchanteurs du Québec. L’Été indien est soutenu par un dispositif numérique complet. Son site web, son concours engageant et sa page Facebook permettent d’enrichir l’expérience du public avec des contenus exclusifs en plus de développer l’engagement et les contributions des utilisateurs.

Slalom Productions inc. et Groupe Fair-Play inc.
·         Le Rêve de Champlain - Diffuseurs canadiens : TFO, Télé-Québec et Canal Savoir
Pour rendre toute la puissance du Rêve de Champlain de David Hackett Fischer, le projet doit d’abord rendre « l’esprit de Champlain » tel que révélé par l’auteur : un grand humaniste qui a poursuivi son rêve, soit celui de fonder un monde meilleur. Au-delà de l’exploration et de la fondation de colonies, Le Rêve de Champlain est en fait une véritable quête d'aventures, découvertes, embûches, voyages, recherches, etc. Le volet interactif donne accès à l’épopée de Samuel de Champlain par une approche radicalement actuelle et ambitieuse, allant du jeu en ligne pour adultes à l’application ludo-éducative pour les enfants, en passant par une opération à but viral sur Facebook.

ToonDraw Animation Inc.
·         YaYa et Zouk - Diffuseurs canadiens : Yoopa (Groupe TVA), Société Radio-Canada
YaYa et Zouk, une série destinée aux enfants d’âge préscolaire, nous emportera vers l’imaginaire et la fantaisie. C’est l’histoire d’une grande sœur, YaYa, presque six ans (tamia-fille anthropomorphisée), qui est stimulée par les comportements particuliers de son petit frère Zouk, un enfant de quatre ans, différent et albinos qui sera le déclencheur pour les aventures de YaYa. Au cœur des aventures interactives de YaYa et Zouk l'inventivité de Yaya opère. Les objets et lieux deviennent un tremplin vers l’imaginaire. Les moments de la vie de tous les jours se transforment en situations toutes plus loufoques les unes que les autres. Le volet interactif s’adresse aux 3-6 ans. Il prolonge l’univers de la série en donnant aux jeunes enfants un rôle actif.

Production 920 inc.
·         Vol 920 - Diffuseur canadien : TVA
Vol 920 est une nouvelle télé-réalité où 10 filles et 10 garçons parcourent le monde en sac à dos, dans le but de trouver l’âme sœur. Nos célibataires de 21 à 35 ans sont assoiffés d’aventures et avides de découvrir le monde. En solo, en groupe ou en couple, nos globe-trotters doivent gagner leurs billets d’avion pour la prochaine destination en participant à diverses épreuves les confrontant à la culture des pays visités. Ceux qui n’ont pas de billet à la fin de la semaine doivent retourner au Québec. Les plateformes Web, mobile et sociales permettent de suivre les candidats dans leur aventure et aussi de découvrir ce que la télévision n’a pas révélé.

Productions GFP inc. (Groupe Fair-Play)
·         Les Enfants de la télé (saison 5) - Diffuseur canadien : Société Radio-Canada
Les Enfants de la télé c'est un rendez-vous où se rencontrent toutes les générations de tous les milieux à travers 60 ans d'histoire, d'émissions d'archives, de reportages et de publicités ayant marqué notre télévision, avec une bonne dose d'humour. La série Les Enfants de la télé chouchoute les utilisateurs avec une nouvelle offre interactive. Le site web devient un magazine populaire grouillant de contenus vidéo diversifiés et inédits. L’expérience Accès 360 offrira plus de fiches synchronisées à la diffusion de l’émission, les interactions Facebook et Twitter seront intensifiées et cette belle folie sera partagée sur Instagram.

Datsit Studios Onze Inc.
·         Génial! (saison 5) - Diffuseur canadien : Télé-Québec
Animée par Stéphane Bellavance et Martin Carli, la série Génial! explore différents sujets de nature scientifique grâce à des expériences amusantes, originales, recherchées et spectaculaires. Génial! sort des sentiers battus et explore l’Insectarium de Montréal, dans une nouvelle aventure qui approfondit les facettes scientifiques inusitées de l’univers des insectes. Pour sa cinquième saison, Génial! se lance à la recherche des familles les plus géniales du Québec. Le concours multiplateforme Les Familles Génial! agira comme un fil conducteur ludique dans toute l'offre interactive. Aussi, l'application Génial! à l'Insectarium permettra aux visiteurs de découvrir des dimensions virtuelles de ce musée.

Les Productions les Aventuriers de la Pêche 5 inc.
·         Mordu de la pêche (saison 5) - Diffuseur canadien : Canal Évasion (Groupe Serdy)
Mordu de la pêche suit Cyril Chauquet aux quatre coins du globe à la découverte de différentes espèces et à la rencontre de pêcheurs locaux et colorés. La passion pour la pêche sportive transporte et abat les cloisons culturelles, apportant au public le sentiment de partir à l'aventure avec Cyril. Le public plonge au cœur des aventures de Cyril pour une expérience multiplateforme de pêche autour du monde via un site convergent, français et anglais, et une application second écran qui favorise le rendez-vous télé, avec bonus pendant la diffusion et interactions en temps réel avec la communauté.

Productions GFP (III) inc. (Groupe Fair-Play)
·         Sur invitation seulement - Diffuseur canadien : TVA
Sur invitation seulement est une émission de variétés moderne, innovatrice et nouveau genre. Ainsi, chaque semaine, l’animateur Stéphane Rousseau invite quatre de ses amis artistes à venir performer chez lui, dans sa propre maison. Un « band » se trouve sur place et est chargé de mettre de l’ambiance de toutes les façons possibles en se mettant à la disposition des artistes qui pourront performer à leur guise et démontrer leur talent de chanteur devant le public. Deux équipes d’artistes s’affronteront à différents jeux simples et drôles. Le dispositif numérique de Sur invitation seulement offre aux utilisateurs un accès exclusif à un univers VIP grâce à des contenus texte, photo et vidéo inédits, produits par une équipe Web dédiée. Juste pour Rire TV inc.

·         Les Pêcheurs (saison 2) - Diffuseur canadien : Société Radio-Canada
Bienvenue au chalet de Martin Petit. Chaque semaine, l’humoriste reçoit un duo de la grande famille du monde de l’humour pour un week-end de pêche dans un cadre rustique et bucolique. Les Pêcheurs offre un volet numérique novateur et interactif grâce au magazine humoristique Pêche & Pêche, une application gratuite et disponible dans le kiosque iPad, et le retour de sa version web améliorée. On y retrouve des contenus de qualité, dont 26 vidéos exclusives, des articles, des tests et des contenus générés par les usagers.

Fonds Québecor

Le Fonds Québecor, un organisme sans but lucratif (OSBL), est un fonds privé constitué sans capital actions en vertu de la partie 2 de la Loi sur les corporations canadiennes. Le conseil d’administration prend toutes les décisions liées au Fonds Québecor, notamment ses orientations, et possède la responsabilité entière et exclusive de ses décisions de financement. La prochaine ronde de financement pour le Programme principal d’aide à la production télévisuelle (PPAP) aura lieu le 1er octobre 2014. Pour plus de détails, veuillez consulter le site Web du Fonds Québecor à l’adresse www.fondsquebecor.ca.

-30-

Source :
Serge Thibaudeau, Président–directeur général
Fonds Québecor

22 mai 2014

Édition 2014 des Trophées Francophones du Cinéma : 20 pays en lice

À l’occasion du déjeuner des Trophées Francophones, Henry Welsh, président de l’ATFCiné a dévoilé la liste des films sélectionnés pour l’édition 2014 des Trophées Francophones du Cinéma, organisés par Trophées Francophones Organisation avec le soutien de l’OIF, de TV5Monde, du Ministère Français des Affaires Etrangères, de Wallonie-Bruxelles International, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la SODEC, et de UNIFRANCE FILMS.

Issus de l’ensemble des cinématographies des pays membres de l’OIF et de l’Algérie, ces films ont été sélectionnés conformément au règlement de l’ATFCiné qui permet à chaque pays de proposer jusqu’à trois longs métrages, dont un film documentaire, et un court métrage.

Cette sélection de films, la COLLECTION CINEMA ET FRANCOPHONIE 2014, représentant un panorama unique de la production cinématographique de l’année 2013 issue des pays de la Francophonie, sera ensuite présentée dans un coffret DVD à chacun des membres de l’Académie Francophone du Cinéma, constituée d’artistes francophones du monde entier exerçant leur activité dans tous les champs de la culture hors celui du cinéma.

De gauche à droite : Dan Cukier (Magritte), Khady Diallo (Ministère de la Culture de Côte dʼIvoire), Henry Welsh (président ATFCiné), Philippe Suinen (administrateur général de Wallonie-Bruxelles International), Nicole Gillet (Festival de Namur), Guy Daleiden (Film Fund Luxembourg), Danièle Heymann (France Culture), Abderrahmane Sissako, Monique Simard (SODEC), Claude Warengo (Samsa Films), Youma Fall (OIF), Yves Bigot (PDG TV5 Monde), Valérie Mouroux (Institut Français).

À l’occasion d’un premier tour de vote en ligne et à bulletin secret, ces personnalités vont désigner les nominations dans les dix catégories : long métrage de fiction, long métrage documentaire, scénario, réalisation, actrice, acteur, actrice dans un second rôle, acteur dans un second rôle, contribution technique et court-métrage, qui seront dévoilées le Lundi 22 Septembre 2014 à l’occasion d’une émission spéciale diffusée sur l’ensemble des réseaux de TV5Monde.

Tous les films ayant recueilli au moins une nomination feront alors l’objet de dix jours de projections publiques à Dakar, du 5 au 15 Octobre, dans la nouvelle salle de projection de l’Institut Français, en avant première du XVe sommet de la
Francophonie.

Pour le second tour, les membres de l’Académie Francophone du cinéma seront rejoints par un collège de cinéphiles francophones du monde entier, pour désigner les lauréats dans chacune des dix catégories, qui seront révélés le lundi 20 Octobre 2014 à l’occasion d’une émission spéciale diffusée sur l’ensemble des réseaux de TV5 Monde.

Assistaient au déjeuner des Trophées Francophones Mr Abderrahmane Sissako, président de la première édition des Trophées Francophones, Mme Youma Fall, directrice du développement culturel à l’OIF, Mr Yves Bigot, président de TV5Monde, Mme Valérie Mouroux, Directrice Cinéma de l’Institut Français, Mr Pascal Letellier, responsable du pôle de l’audiovisuel extérieur au Ministère Français des Affaires Étrangères, Mme Isabelle Giordano, déléguée générale d’Unifrance Films, Mr Philippe Suinen, administrateur général de Wallonie-Bruxelles International, Mr Frédéric Delcor, secrétaire général de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Mme Monique Simard, présidente de la SODEC et Mr Henry Welsh, président de l’ATFCiné.

Retrouvez la liste des films sur le site Internet www.trophees-francophones.org et ci-dessous :
Francophones du Cinéma 2014
AGON - Robert Budina - ALBANIE
L’ARMÉE DU SALUT - Abdellah Taïa - MAROC
BÀ NÔI - GRAND-MAMAN - Khoa Lê - VIETNAM (documentaire)
CELLO TALES - Anne Schiltz - LUXEMBOURG (documentaire)
LE DÉMANTÈLEMENT - Sébastien Pilote - CANADA
ERNEST ET CELESTINE - Stéphane Aubier, Vincent Patar et Benjamin Renner - BELGIQUE
L’ESCALE - Kaveh Bakhtiari – SUISSE (documentaire)
DES ÉTOILES - Dyana Gaye - SÉNÉGAL
FIÈVRES - Hicham Ayouch - MAROC
GABRIELLE - Louise Archambault - CANADA
LES GARÇONS ET GUILLAUME, À TABLE - Guillaume Gallienne - FRANCE
LES GRANDES ONDES (À L’OUEST) - Lionel Baier - SUISSE
HERCULE CONTRE HERMES - Mohamed Ulad - MAROC (documentaire)
L’IMAGE MANQUANTE - Rithy Panh - CAMBODGE (documentaire
KINSHASA, SACRÉ PAYS - Douglas Ntimasiemi et Raffi Aghekian - RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO
LEFT FOOT RIGHT FOOT - Germinal Roaux - SUISSE
LOUIS CYR - Daniel Roby - CANADA
MÈRE ET FILS - C lin Peter Netzer - ROUMANIE
MÉTÉORA - Spiros Stathoulopoulos - GRÈCE
MILLE SOLEILS - Mati Diop - SÉNÉGAL (documentaire)
NAKED OPERA - Angela Christlieb - LUXEMBOURG (documentaire)
NESMA - Homeïda Behi - TUNISIE
NEVER DIE YOUNG - Pol Cruchten - LUXEMBOURG
LA NUIT QU’ON SUPPOSE - Benjamin d’Aoust - BELGIQUE (documentaire)
L’OUED, L’OUED - Zahzah Abdenour - ALGÉRIE (documentaire)
LE PASSÉ - Asghar Farhadi - FRANCE
LA PREUVE - Amor Hakkar - ALGÉRIE
LE REPENTI - Merzak Allouache - ALGÉRIE
LE RITE, LA FOLLE ET MOI - Gentille M. Assih - TOGO
SDEROT, SECONDE CLASSE - Osvalde Lewat - CAMEROUN (documentaire)
SEPTEMBRE - Penny Panayotopoulou - GRÈCE
SUR LE CHEMIN DE L’ÉCOLE - Pascal Plisson - FRANCE (documentaire)
TANGO LIBRE - Frédéric Fonteyne - BELGIQUE
UN MOIS EN THAÏLANDE - Paul Negoescu - ROUMANIE
A WORLD NOT OURS - Mahdi Fleifel - LIBAN (documentaire)
22:22 - Julien Becker - LUXEMBOURG
AVANT QUE DE TOUT PERDRE - Xavier Legrand - FRANCE
LES CERISES DU BATEAU - Sarah Hatem - LIBAN
L’ÎLE - Amin Sidi-Boumédiène - ALGÉRIE
MBOTÉ - Tshoper Kabambi - RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO
QUELQU’UN D’EXTRAORDINAIRE - Monia Chokri - CANADA
LA RADIO - Armand-Brice Tchikamen et Fidèle Koffi - CÔTE D’IVOIRE
VIGIA - Marcel Barelli - SUISSE
WASHINGTONIA - Konstantina Kotzamani - GRÈCE
WELKOM - Pablo Munoz Gomez - BELGIQUE
LE ZEBU DE DADILAHY - Luck Razanajaona – MADAGASCAR


Crédit photo : Jean-Pierre Tadros - CTVM
Source : ATFCiné